Occasions bénévolat

Entrevue avec Bintou Touré "le bénévolat crée un soulagement intérieur"

Bintou TouréLe jeudi 12 septembre 2013, nous avons rencontré Mme Bintou Touré, bénévole à la Fédération des centres d'action bénévole du Québec (FCABQ) avant de devenir leur adjointe de direction. 

Ceux qui ont lu « Aya de Yopougon » sont familiers avec ton prénom. Viens-tu toi aussi, de la Côte-d’Ivoire ?

Oui, je suis originaire de la Côte d’Ivoire (pays de l’Afrique de l’Ouest) et Yopougon est une commune d’Abidjan, la capitale.

 

Qu’as-tu fait à ton arrivée ?

Dès mon arrivée en mars 2011, j’ai suivi trois semaines de cours d’intégration au CARI St-Laurent (Centre d’Accueil et de Référence sociale et économique pour Immigrants de Saint-Laurent). Ensuite, j’ai travaillé au service à la clientèle de Sears avant de suivre une année de cours à temps plein au collège supérieur de Montréal (CSM, sis à Berri-UQAM), où j’ai obtenu un DEP en secrétariat.

 

Avais-tu fait des études dans ton pays ?

Oui, j’ai fait un baccalauréat en management  marketing et un DEC en commerce et informatique en Côte-d’Ivoire.

 

Pourquoi reprendre des études ici ?

Les études que j’ai suivies ici m’ont permis de mieux m’intégrer, de m’adapter à la façon de travailler au Québec.

 

As-tu de la famille ici?

Oui, je vis avec ma famille à Ville St-Laurent. Je suis mariée et j’ai deux enfants.

 

Quels sont tes loisirs?

J’aime la lecture et j’adore voyager.

 

Comment as-tu connu Accès Bénévolat?

L’hiver dernier, j’étais à la recherche de bénévolat dans mon domaine (NDLR : le soutien administratif). Je suis allée sur l’Internet où j’ai trouvé le site d’Accès Bénévolat. J’ai rempli le formulaire de demande de bénévolat en spécifiant que je cherchais une occasion en soutien administratif. Ensuite, vers le 15 février, la conseillère à l’orientation d’Accès Bénévolat m’a précisé au téléphone que la seule occasion de bénévolat dans ce domaine qu’elle pouvait me proposer était sur Papineau, assez loin de mon domicile. Elle m’a alors recommandé le Centre d’action bénévole et communautaire de St-Laurent. J’ai répondu que la distance n’était pas un obstacle pour moi. Néanmoins, je suis allée en rendez-vous au CAB de St-Laurent. Aucun poste en soutien administratif n’était disponible. J’ai donc rappelé Accès Bénévolat, puis j’ai pris rendez-vous avec madame Nicole Dubois de la Fédération, que j’ai rencontrée.

 

Pendant combien de temps as-tu été bénévole à la FCABQ ?

J’ai été bénévole pendant 2 mois. Ensuite ils ont ouvert le poste d’adjointe à la direction.

 

Peux-tu me parler un peu de cet organisme ?

La FCABQ est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de contribuer au mieux-être de la population par la promotion, la reconnaissance et le développement des différentes pratiques de l’action bénévole au Québec. Elle représente 111 centres d’action bénévole présents partout au Québec.

 

En quoi consistait ton bénévolat ?

Je faisais du soutien administratif. J’apportais mon soutien au directeur : prise de rendez-vous, traitement des appels, organisation des déplacements, recherches sur Internet. Diverses tâches relatives à la gestion de la semaine d’action bénévole (SAB).

 

Que t’a-t-il apporté ?

Je suis venue avec mon expérience, mais mon bénévolat m’a permis d’en acquérir de nouvelles et de rencontrer d’autres personnes. Ça m’a également permis de mieux connaître la SAB et le bénévolat ici.

En Côte-d’Ivoire, on s’implique plutôt dans les ONG. On ne parle pas de bénévolat en tant que tel. Ce sont des ONG qui  aident les gens. Quand ils ont besoin de personnes volontaires pour répondre à un besoin immédiat, ils vont dans les écoles. Ils rencontrent des associations. Ils font part de leurs besoins et ceux qui sont disponibles et intéressés s’engagent. Quand le besoin est fini : il n’y a plus de bénévolat.

Alors qu’ici tout est très bien structuré. On  peut aller sur les sites Internet qui offrent de nombreuses possibilités et trouver du bénévolat en fonction de ses champs d’intérêt. Ici, même la promotion qui est faite en faveur des bénévoles donne le goût de faire du bénévolat!

 

As-tu d’autres expériences de bénévolat ?

Oui, à l’Association québécoise de voile adaptée (AQVA). Sa mission est de venir en aide aux personnes ayant des incapacités physiques et/ou sensorielles, même très sévères, d'améliorer leur qualité de vie et leur intégration dans la communauté par la pratique de la voile de façon autonome. J’assistais le directeur général. J’écrivais et répondais à ses courriels. Je m’occupais également d’une partie de la comptabilité.

 

Qu’est-ce qui t’a motivée à t’engager ?

En venant à la FCABQ, je n’avais pas pour objectif de trouver un emploi. D’ailleurs, je poursuivais ma recherche d’emploi. Je venais mettre mes expériences au service de la FCABQ. Je venais aider. Je venais aussi partager les connaissances que j’avais apprises lors de la préparation de mon diplôme. Je voulais les partager avec un organisme qui en a besoin, plutôt que les garder pour moi. Je voulais également rencontrer des gens, échanger avec des personnes. À cette époque-là, il y avait 3 bénévoles. Mon bénévolat était « spécial ». Je venais presque tous les jours. Je le faisais avec tellement de plaisir ! Lorsque je voyais qu’il y avait encore des tâches en suspens, je n’avais pas le goût de rester le lendemain à la maison. Souvent, le directeur général, monsieur Fimba Tankoano, me demandait de rentrer chez moi, mais je restais terminer ma tâche.

C’est bon d’aider, de partager, de s’intégrer socialement ! Tu contribues au bien-être des personnes et des organismes et aussi à ton bien-être. Quand tu te poses la question : ai-je fait quelque chose pour l’humanité? La réponse positive est un apaisement parce que tu sais que tu as été utile quelque part. Plus tu le fais, plus tu y prends goût. Et puis monsieur Fimba a une faculté pour motiver les personnes. Je suis très heureuse de travailler avec lui. Enfin, pendant la SAB, quand j’étais encore bénévole, j’ai eu l’occasion de travailler avec la présidente de la FCABQ, madame Lyne Sauriol, qui était venue nous donner un coup de main.

Lorsque je suis devenue employée, cela n’a rien changé. Quand je faisais du bénévolat, j’étais déjà dans la peau de quelqu’un qui venait pour travailler. De toute façon, si tu n’es pas habitué à bien travailler, cela te suivra partout. C’est dans l’attitude.

 

Que penses-tu du bénévolat ? En parles-tu autour de toi ? Quelles sont les réactions de ton entourage ?

Mon conjoint encourage le bénévolat. Durant une période, je faisais moi-même la promotion de la SAB à mes voisins. J’ai suscité des vocations. J’ai aussi eu des réactions négatives (« tu perds ton temps ») de la part d’un voisin. La personne trouvait que je passais beaucoup de temps ici, que je ne consacrais pas assez de temps à ma recherche d’emploi. Je sais que la recherche d’emploi est un emploi à temps plein…

Au moment où on m’a proposé le poste à la FCABQ, plusieurs autres opportunités m’ont été offertes (offre d’emploi, bourse d’études). J’ai choisi de rester à la FCABQ : j’étais déjà familière avec le milieu de travail, je connaissais les autres employés, j’avais l’expérience du poste. Aussi, Fimba est quelqu’un de très travailleur qui crée un engouement pour le travail.

 

Le mot de la fin ?

Je continue à recevoir les offres de bénévolat de la part d’Accès Bénévolat et du CAB de St-Laurent. Je suis toujours ouverte à faire du bénévolat. Il crée un soulagement intérieur parce que le fait d’aider les autres, c’est une sorte de relaxant.

Un jour, dans le transport en commun, j’ai aidé une vieille dame. Je lui ai indiqué son arrêt, mais je ne me sentais pas capable de la laisser continuer toute seule, alors je l’ai finalement accompagnée jusqu’à sa résidence. La dame était tellement contente qu’elle m’a remerciée et a voulu me donner de l’argent. J’ai refusé, parce que j’avais eu un plaisir immense à le faire. Et si je ne l’avais pas fait, j’aurais eu du regret. Or, on sait l’impact négatif du regret sur le corps humain!

J’aimerais encourager les jeunes, les adultes, les personnes aînées, en somme tout le monde, à s’impliquer  davantage dans l’action bénévole et à bien faire la tâche qui leur est assignée, de façon responsable car c'est un partenariat gagnant-gagnant, toujours porteur. Parfois on pense que c’est l’organisme qui est bénéficiaire, mais, en réalité, c’est nous qui le sommes.

Je remercie Accès Bénévolat pour sa gestion efficace en matière d’orientation et suivi des bénévoles.






Lire toutes les Nouvelles

Abonnez-vous
à notre infolettre


captcha




Nos nouvelles

Une bien belle soirée

pour les 35 ans d'Accès Bénévolat!

plus >>

Marche des Parapluies 2017 de Centraide!

Accès Bénévolat marchera le 4 octobre!

plus >>

Portrait de bénévole : Marie-Noëlle une bénévole portée par le vent de la curiosité.

Cet été, pas de répit pour notre rédacteur bénévole, Jean-Charles, qui a poursuivi ses rencontres avec des bénévoles inspirants.  

plus >>
Voir toutes nos nouvelles

Babillard des membres

10e événement bénéfice du Centre Lajeunesse

le 19 octobre 2017!

plus >>

Un super concert

au bénéfice d'Écoute Entraide!

plus >>

Emploi Jeunesse lance Nouvel Envol

Un programme personnalisé pour accompagner le retour aux études.

plus >>

Participez à PARCours!

une initiative de mobilisation solidaire pour lutter contre le VIH/sida et soutenir les personnes vivant avec le VIH.

plus >>
Voir notre babillard

Actualités

Portrait des aînés de l'Île de Montréal

La Direction régionale de la santé publique (DRSP) dresse le portrait des aînés de l'Île de Montréal. 

plus >>

Venir en aide aux demandeurs d'asile

Des milliers de demandeurs d'asile, majoritairement haïtiens, franchissent la frontière entre les États-Unis et le Canada depuis quelques...

plus >>

Réservez la date !

pour la semaine d'action bénévole 2018. 

plus >>

Médaille de l'Ordre de Montréal

Appel à candidature dès Septembre 2017.   

plus >>
Voir toutes nos actualités